Raylambert, "l'un des plus grands illustrateurs de manuels scolaires de tous les temps" selon Picasso

Publié le par L'Aquoiboniste atrabilaire

Raylambert, "l'un des plus grands illustrateurs de manuels scolaires de tous les temps" selon Picasso

Feuilleté "L'école enchantée de Raylambert", un beau livre sur un illustrateur de manuels scolaires et de bien d'autres ouvrages des années 40 et 50, qui m'a immédiatement fait retomber en enfance, quand je dévorais les histoires illustrées par celui que je nommais jusqu'à la lecture de cet ouvrage "Ray Lambert", en deux mots.

L’école enchantée de Raylambert, par Daniel Durandet et Yves Frémion, Belin, 2016, 208 p., 29,90 €.

L’école enchantée de Raylambert, par Daniel Durandet et Yves Frémion, Belin, 2016, 208 p., 29,90 €.

 

Ernest Pérochon


Picasso saluait en lui "l'un des plus grands illustrateurs de manuels scolaires de tous les temps". J'ai adoré ses illustrations pour les livres de classe, ou de "lecture suivie" d'Ernest Pérochon (1885-1942), prix Goncourt 1920 pour son roman "Nêne". Pérochon était un auteur né dans les Deux-Sêvres et resté fidèle à sa région. Ce fut l'ami intime de mon arrière grand-oncle Léonce Jarry, comme lui enseignant à Parthenay (79), s'étaient-ils connus à l'd'Ecole normale de Saint-Cloud ? Tonton Aï, comme je l'appelais, sorti "premier de Saint-Cloud", cette fierté familiale. Lui qui ne commençait pas sa journée sans terminer en un temps record les mots croisés de "La Nouvelle République du Centre-Ouest", bien plus ardus que ceux force 1 du journal gratuit "20 minutes" (que j'avale en 5) dans le métro. L'oncle Jarry fit une brillante carrière de professeur de mathématiques, sans jamais exercer hors de son département d'origine, principalement à Parthenay, et à Niort, sa ville capitale qu'il connaissait bien. Que n'ai-je pas profité plus de lui, trop jeune que j'étais quand il est disparu, jeune nonagénaire, accablé du chagrin de la mort de sa femme, ma tata Die (Armantine Jarry, née Jourdain, dite Armandine).
Ernest Pérochon donc, l'ami de la famille, comme ces peintres des Deux-Sêvres qui ont fait l'objet d'un article dans ce blog, l'un des plus lus si j'en crois mes statistiques. La famille avait aussi des amis écrivains, et non des moindres, le fameux Pérochon qui disparut bien plus tôt que mon oncle et ma tante ses as, mais dont les livres firent toujours l'objet d'un culte chez nous.
Je n'ai guère lu plus que les livres de classe illustrés par Raylambert, ouvrages pour la jeunesse donc, dont mon oncle et ma tante devaient posséder plusieurs exemplaires, à moins que dans les années 70 on trouvât encore facilement ceux-ci à Niort, s'enorgueillissant de cette gloire locale (avec Françoise d'Aubigné ou Madame de Maintenon (1635-1719), née à la prison de Niort et montée jusqu'à Versailles où elle fut comme on sait gouvernante des enfants de Louis XIV avant de devenir en 1683 son épouse morganatique et fondatrice de Saint-Cyr, école de filles pauvres mais bien nées.

Raylambert, "l'un des plus grands illustrateurs de manuels scolaires de tous les temps" selon Picasso
Raylambert, "l'un des plus grands illustrateurs de manuels scolaires de tous les temps" selon Picasso
Raylambert, "l'un des plus grands illustrateurs de manuels scolaires de tous les temps" selon Picasso
Raylambert, "l'un des plus grands illustrateurs de manuels scolaires de tous les temps" selon Picasso
Raylambert, "l'un des plus grands illustrateurs de manuels scolaires de tous les temps" selon Picasso
Raylambert, "l'un des plus grands illustrateurs de manuels scolaires de tous les temps" selon Picasso
Raylambert, "l'un des plus grands illustrateurs de manuels scolaires de tous les temps" selon Picasso

Commenter cet article