Quelques pages de Limonov d'Emmanuel Carrère

Publié le par L'Aquoiboniste atrabilaire

Quelques pages de Limonov d'Emmanuel Carrère
Quelques pages de Limonov d'Emmanuel Carrère
Quelques pages de Limonov d'Emmanuel Carrère
Quelques pages de Limonov d'Emmanuel Carrère
Quelques pages de Limonov d'Emmanuel Carrère
Quelques pages de Limonov d'Emmanuel Carrère
Quelques pages de Limonov d'Emmanuel Carrère

Au lycée de la seconde à la terminale j'ai appris le russe. J'ai passé un bac littéraire dit "A5" en 1978, avec trois langues vivantes : allemand, anglais, et russe. Il ne me reste rien ou presque de l'apprentissage de cette langue, je maîtrise à peine l'alphabet cyrillique et ne sais plus dire que "chto ete za choum, ete papougaï", soit "quel est ce bruit ? c'est le perroquet", phrases au sens profond entendues sur un disque grésillant lors de notre première leçon...

Mais il m'en est resté peut être un goût pour la Sainte Russie, ou cet immense pays et civilisation dont je ne sais rien ou presque pourtant. Je voudrais me plonger dans la littérature russe, des grands écrivains je ne connais que l'univers de Tchékhov, lu et entendu souvent sur scène. Anna Karénine ? encore une histoire de suicide sur les rails peut être ? Tolstoï ? la guerre c'est pas bien, la paix c'est mieux. Dostoïevski ? le visage fiévreux de Raskonikov qui a surgi des premières pages de "Crime et châtiment" et m'est resté, pas allé au delà des premières pages, noyée dans les noms propres russes.

Plus proche, le Maître et Marguerite m'a ravie. Et puis, ce Limonov, formidable. Lire aussi d'Emmanuel Carrère un Roman russe.

Regarder les actualités, essayer de comprendre, d'apprendre.

Aussi, ce reportage photographique de Gobert et Ackermann vu aux Rencontres d'Arles 2017, chroniqué ici : Goodybye Lenin. Tout un continent à découvrir.

Publié dans dans la littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article