Muriel Cerf est morte

Publié le par L'Aquaboniste atrabilaire, ou Princesse Rabiola

   

 

J'aurais pu tomber sur la brève en ouvrant Livres Hebdo et son Électre. J'aurais pu lire sa nécro dans l'Express.fr, dont l'intelligence artificielle vous propose élégamment, quand vous arrivez à la fin d'un article sur le décès d'une personnalité, d'autres articles du même tonneau (de bière). Il y a deux jours, ayant lu "Robert Sabatier" est mort, on me proposa "Pierre Tornade est mort". Je savais déjà, pour Obélix.

De Muriel Cerf passée l'arme à gauche à 61 ans le 19 mai dernier, il ne fut pas question, et je passais à côté de cette atterrante nouvelle (mon écrivain préféré, l'une de mes...). Pas "écrivaine", non, "écrivain : c'est plus joli, non" répondait-elle à ce mufle d'Ardisson un samedi soir mal inspiré, lui qui en d'autres temps de Lunettes noires pour nuits blanches était bien content de tenir la diablesse au bout de son micro, et ne lui infligeait pas alors les humiliations encourues en 2006 à "Tout le monde en parle" (on se demande bien pourquoi).   

C'est par hasard que je suis tombée ce soir sur le billet de Patrick Besson à son propos, j'ai d'abord voulu croire, espéré plutôt, même après l'incipit "Mort d'une Gémeaux", à une de ses parodies littéraires, pastiches bien menés d'écrivains connus. Mais la pauvrette aux cheveux longs depuis longtemps ne retenait plus l'attention de l'actualité, et d'aucuns ignares n'auraient pas reconnu son style, ignorant même qu'il existât. Mieux valait rester dans les valeurs sures, soit pasticher Beauvoir ou Christine Angot (cherchez l'erreur), plutôt que la forcément sublime, et la sublime tout court, qui de toute façon est inimitable, point barre. 

 Pourtant la Cerf en avait du style, et inimitable, sinon à l'oral, dans sa parole précise, précieuse et claire, aux voyelles d'une ouverture appuyée, d'une bourgeoisie  XVIe assumée. Comme n'avaient pas manqué de le faire remarquer les commentaires à vomir, sur le net, suite au passage malheureux chez l'Ardisson, du genre "qu'est ce qu'elle lui a mis à la vieille*, Lio... son accent versaillais...". Que ces méchancetés n'atteignent plus la blanche colombe (endiablée, tout de même).

1950-2012, c'est un peu court, et jeune donc quoiqu'on en pense, pas étonnant finalement pour celle qui dans tous ses romans vouait un culte - forcément voué à l'échec hors écriture, à la jeunesse et à la beauté. Le cancer, les séquelles d'un accident la pulvérisant, piétonne renversée par une voiture, la violence et la passion conjugale intimement liées, la réclusion, la solitude, la polémique dernière, puis à nouveau l'oubli, ont sans doute eu raison de la jolie fée longtemps photographiée en couverture de ses éditions en poche, ici en J'ai lu.Antivoyage  

J'adorais Muriel Cerf et passais souvent sur son blog, muet ou presque, pour voir s'il elle n'avait pas eu de nouveaux passages télé, plus favorables que le dernier massacre en date (7 janvier 2006, émission "Tout le monde en parle" de Thierry Ardisson), avec sainte Lio en bourreau. Lio en représentante de la morale bien pensante, sous ses airs de rebelle provocante de pacotille, toute rose tatouée dehors, pour tomber sur Muriel Cerf qui essayait de trouver une explication, qui valait ce qu'elle valait, pour "justifier" ? Non, car injustifiable, mais ressentir de l'intérieur, ce qui avait bien pu se passer dans la tête du chanteur de Noir Désir, Bertrand Cantat, quand il tabassa à mort la belle Marie Trintignant, de 36 fractures au visage témoigna impitoyablement, et comme de juste, Lio l'amie de Marie. Aujourd'hui Cantat, et tout son talent, intact, reviennent sur le devant de la scène. Tant mieux pour lui, mais il y a toutes ces mortes : Marie, Kristina, et aujourd’hui, Muriel Cerf. Même s'il n'y est pour rien. Juste d'avoir provoqué indirectement une polémique, héros du dernier livre de Muriel Cerf, duquel elle ne se remettra pas : attaquée, stigmatisée, puis oubliée. Puis (d'où) le cancer. L’Antivoyage, le Diable vert : des récits de voyage magnifiques, inouïs. « Maria Tiefenthaler », « Une passion », « Dramma per la musica » : des fresques romanesques, au style envoûtant mais sans chichis, juste des récits de passion, justement. Drôlement bien foutus, d’une richesse et d’une densité inouïes. Puis plus rien, à part son site incomplet, sans mots ou presque, que des images.

Les images qui font mal, on les trouve ailleurs : "tout le monde en parlait" de Muriel Cerf, invitée à faire le bouc émissaire, suite à la parution de son livre "Bertrand Cantat ou le Chant des automates". Lio en donneuse d'estocade et pourfendeuse de petite vertu n’en sortira pas grandie, même si nouvellestarisée dans la foulée. Muriel Cerf est morte, dans l’indifférence générale ou presque. Frédéric Taddéï lui rendit un bel hommage sur France culture, un de ses amis, fidèles, à l’écouter la nuit. Si la chanteuse savait que sous ses airs de rebelle provocante de pacotille, toute rose tatouée dehors, il n'y a rien, et qu'on trouvait chez Muriel Cerf une sulfurité (pas sûre du terme, du soufre quoi), une intensité autrement plus authentique. 

Chez elle cent fois plus d'expériences de tous ordres, de richesse intérieure, de beauté fragile, d'éblouissements. Muriel Cerf, et toutes ses héroïnes quasi éponymes, passionnées, voyantes, agaçantes de narcissisme et confondantes de séduction, c'étaient vraiment des brunes ne comptant pas pour des prunes. Énormément de plaisir à lire son vocabulaire enchanteur, sa narration raffinée, ses envolées lyriques, aux confins de la voyance.

Sur France-Culture, l'excellent Frédéric Taddéï qui l'avait interviewée plus d'une fois, pour Paris dernière entre autres, et qui était un de ses proches, se souvient lui aussi de sa voix inimitable, elle qui l'appelait la nuit du fond de sa réclusion, de la beauté de son style, elle qui fut avec son Antivoyage (que Taddéï préfaça pour l'édition ci-contre et qu'il compare au "Sur la route" de Jack Kerouack. "C'est notre Kerouack français, c'est elle la vraie écrivain hippie", toute bourgeoise qu'elle fût, et écrivant bien mieux que l'auteur culte beatnik. Elle inspira Nicolas Bouvier, c'est tout dire.

Revoir aussi sur son site les interviews de 2004 chez Kto, elle qui n'avait rien d'une coincée maso, n'en déplaise à certaine bien pensante, elle.

Elle c'était, entre autres, un vrai anti-conformisme, la quête de la spiritualité, par l'aboutissement des plaisirs du corps et tous les anti-voyages, surtout un très grand écrivain, au panthéon de la littérature française.  

Dans ses dernières apparitions filmées, Muriel Cerf ressemblait un peu à Joyce Carol Oates, autre grande au panthéon littéraire (nobélisable ?), en cent fois plus belle of course mais des similitudes de visage menu et douloureux, aux os malmenés (elle aussi).

Du rire dans le sanglot : plein de nouvelles pas posthumes mais toujours vivantes de la très mediumnique Muriel, visibles sur cette page facebook (à liker d'urgence). J'y ai trouvé le podcast bienheureux d'un Portrait sensible de Kriss Graffiti, avec la Cerf, 2002, c'était hier. Le printemps des magiciennes, la renaissance quoi.

 

 la belle photo de Muriel Cerf au bandeau de pirate qui ouvre cet article a été trouvée sur le site http://www.lesanneesje.heavencanwait.fr/2012/06/muriel-cerf-les-mantras-charmeurs-du-monde/

Accueil

Publié dans dans la littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

L'Aquoiboniste atrabilaire 14/11/2019 23:14

"SUBLIMISSIME votre article sur Muriel Cerf , j'aurai pu l'écrire mot pour mot ! Une femme unique qui m'a beaucoup inspirée à mon adolescence ! En tout cas vous lire fut enchanteur !" -------------------------
Je reçois ce 5/11/2019 ce mail, envoyé par l'interface de la plate forme, au sujet de l'article ci-dessus, toujours dans le top ten de mes posts, merci pour le nombre de vue à tous mes lecteurs et tout spécialement à Anne-"Blanche Hermine" qui m'a écrit cette gentillesse, votre avis me fait très plaisir et me touche, les retours étant fort peu fréquents... Je me permets donc hip hip hip de le poster ci-dessous, au dessus des commentaires plus anciens.

Christine 21/07/2019 19:50

Je crois que Murielle cerf a perdu son oeil gauche dans un accident de voiture (années 80). Par la suite, c'était une prothèse qui a remplacé le foulard.
Pour ses écrits, jamais lu! Par contre entendu à la TV, pathétique et complètement à l'ouest.

Flipflop 26/07/2018 17:43

Oui Lio est une bobo insupportable mais non ce n'etait pas un massacre. Muriel Cerf avait écrit un livre naif ou elle ne tentait pas seulement de se mettre ds la tête de Cantat mais le considerait comme un homme passionné ayant commis l'erreur de trop. Sa demarche serait valable si c'était le cas. Mais il se trouve que la réalité est tt autre. Cantat tapait déjà sur ses anciennes compagnes, a attendu avant d'appeler les secours pour M.T et à enjolivé la realite ds ses lettres pour passer pour moins (non pas coupable) mais monstrueux qu'il ne l'etait. Et Muriel Cerf naïvement l'a cru, elle qui admettait ds cette émission apprendre certaines revelations que Lio lui faisait. A partir de là soit elle aurait du attendre d'en savoir plus soit elle n'aurait pas du ecrire ce livre sous cet angle. Et là il ny'a'plus de bien-pensance, ou de gauchisme qui tiennent. Juste la réalité : Cantat peut être considéré comme coupable d'homicide involontaire mais il n'y'a aucune raisons de tenter d'expliquer son acte qui n'est pas un geste de passion incontrôlée mais celui d'un malade (au sens littéral), manipulateur et pas l'homme pur ayant fauté de manière inattendue et compréhensible. Enfin, de la part d'une femme évidement fragile, qui admet ne pas pouvoir quitter l'homme qui la rabaisse a petit feu, la frappe et essaie même de la tuer cela devrait vous amener a a reflechir qd à la lucidité d'une telle demarche. Quelle message pour celles victimes de ce genre d'actes? Pardonnez et tenter sois meme de changer les choses? Non, il y'a la loi et les soins par des professionnels. Donc non Muriel Cerf, bien que touchante etait à côté de la plaque. Il est tragique que votre amour pour cet écrivain vous aveugle à ce point là. Pour finir, considerer là peut-être comme une auteur qui compte dutant la sequence 1970-2010 mais ne la portez au pinnacle comme etant une auteur majeure de la littérature française tte époque confondues, il y'a des limites.

L'Aquoiboniste atrabilaire 06/08/2018 15:35

Merci pour votre commentaire juste et éclairant, pas au point toutefois de m'enlever mon aveuglement et mon amour inconditionnel pour la diva Cerf, si ? Effectivement sur ce coup là elle était bien à côté de la plaque, ni Cantat ni Marie n'étaient des héros de roman diriges par un auteur démiurge s'essayant à faire vibrer par mots la corde de la passion jusqu'à ce qu'elle casse. Muriel Cerf écrivain de fiction à été dépassée par cette atroce réalité, mortelle randonnée à Vilnius. Qu'allait faire là bas Marie, incarner une héroïne de la féministe Colette... Cantat est un pervers narcissique qui a sévi de trop nombreuses fois. Muriel Cerf devait plus écouter de la musique d'opéra, tutti per la musica, que du gros rock qui tâche de sang le noir désir. Bref je continue quand même à considérer Muriel Cerf comme une très bonne ecrivaine, magicienne de la langue française, qui sera reconnue un jour comme une grande. En dépit de ses tics réels à savoir un certain narcissisme elle aussi, un snobisme certain et un intérêt unique dirigé vers les histoires d'amour de belles jeunes femmes folles et libres. Le genre qui finissent mal en général. En tout cas mieux racontées que par Anna Gavalda ou Tatiana de Rosnay, lance-je mon fiel. Qui toutes deux ont le mérite de ne pas risquer de se tromper, l'oeil de leur nombril brassant moins large que celui de l'échevelee Cerf, pour toujours à Bali chez les rois et les voleurs, un éclat de strass au fonds de son ombilic crasseux. Rip les deux chéries, Marie Muriel, et Cantat lui qu'il crève.

Marie DUVAL 10/03/2017 04:44

Non Muriel Cerf n'était pas claire du tout. Dans sa tête c'était même le merdier total. Elle devait être sous cachetons toute la journée la pauvre.
Assez pathétique comme le dit la majorité des lecteurs et internautes.. car oui elle a pu écrire des choses belles mais elle n'a pas beaucoup d'intelligence il faut qd même le reconnaître. Elle est même assez con cette fille.
Vous vous ne pouvez pas le voir bien sûr car vous êtes dans l'adoration. En psychologie cela porte un nom et vous ne pouvez (donc) pas vous rendre compte.

C'est pas bien grave aujourd'hui de toute façon.

L'Aquoiboniste atrabilaire 13/03/2017 15:46

Pas claire ? Sa langue est d'une precision inouïe et son vocabulaire superieur a bien des ecrivains. Sans doute appreciez-vous davantage Marc Levy et Guillaume Musso certes plus faciles a lire (sauf si vous êtes Marie Duval auteur d'un blog sur OB, je vois que vous admirez Nicolas Bouvier, moi aussi...) Quant aux cachetons, brisée par un accident de voiture Muriel Cerf devait prendre pas mal d'antidouleurs et peut être bien comme lors de ses "antivoyages", d'autres substances qui font voyager dans sa tête. Et alors ? Baudelaire aussi, pourtant un classique étudié. C'était une femme libre qui avait choisi de s'enfermer dans ses passions. Ca peut deranger.Pour soigner "le merdier total" dans la tête, vous devez connaître des cachets, qui soignent et musèlent aussi les passions; Tout le monde n'a pas la chance de vivre au milieu des fleurs. Attention, on n'est pas loin de la dictature.

Pascal lemoine 08/02/2017 06:48

Elle était surtout bête cette file. De la bouillie pour chats dans le cerveau.
L'intelligence faut la chercher loin. Vous devez être amoureux pour penser pareil. dans ce cas y'a rien à faire; De toute façon c fini.

L'aquoiboniste 08/02/2017 13:57

Bête, Muriel Cerf ? Faudrait dire ça à André Malraux, qui l'a lancée. Bien au contraire, une finesse et une intelligence hors pair

ours00100 24/10/2016 01:04

Hommage a cette fabuleuse personnes Muriel Cerf .
Quand j'ai vue et entendu de qu'elle manière irrespectueuse dans l'émission (tout le monde en parle ). ou Muriel Cerf a carénant été lynché verbalement .
J'ai été choqué et triste de voire et lire toutes ses baves de crapautages déversé sur une si belle personne que Muriel Cerf .
J'aime cette personne intelligente , sensible , humaine , et d'une merveilleuse beauté je vous livre ma réponse qui est sur youtube . Et je garde dans mon esprit intact Muriel Cerf une personne que l'ont ne peut que Aimer .

Muriel Cerf est très visiblement affaibli et malade Physiquement , je trouve très irrespectueux de voire et entendre avec qu'elle violence et cruauté elle est dévoré au non de qui au non de quoi elle expose certain aspect de la folie humaine qui existe depuis la nuit des temps elle cherche a savoir comprendre car effectivement pour que la folie meurtrière puisse être contrôlé détecté nous devrions en comprendre les mécanismes afin d'éradiqué ce génocide qui nous suis et tue tellement de gens et depuis tellement de siècle et en ce qui concerne Jésus je pense qu'il savait ce qu'il risquait mais sont amour pour l'humain était plus fort que le risque et il en est mort dans une souffrance terrible , pourtant sa mort a soulevé au fil des siècle de la réflexion et de l'interrogation car effectivement avant de mourir il demande a Dieu de pardonner car il comprenait que l'ignorance est l'un des plus grand fléau et génocide qui existe sur cette terre dont l’être humains en est la victimes , mais aussi les animaux .
Alors quand ont parle d'humanisé cela passe par la compréhension et une fois que l'ont a compris s'est que l'ont peut pardonner .
Pour moi Lio est dans une très profonde colère et elle juge tout le monde sa colère est dévastatrice tout le monde y passe mêmes les rappeurs , je regrette pour moi elle ne détient pas la vérité et les solutions et je trouve que humanisé passe par l'écoute la réflexion et un travail sur le terrain . Mais Lio emporté par la perte de sont Amie proche n'est pas en mesure de comprendre .
Muriel Cerf jusqu’à sont dernier souffle j'en suis certain a eu une passion d'amour pour le genre humain et animal qu'elle a Aimé même dans sa plus dangereuse fragilité je reste très respectueux de cette personnes et que je trouve d'une grande beauté .

Marie . 27/07/2016 19:28

Moi aussi , je l'aime :o))

L'Aquoiboniste atrabilaire 13/03/2017 15:54

Qu'est-ce que c'est que cette analyse simpliste ? Je ne suis pas dans l'adoration de Muriel Cerf, que je n'ai pas l'honneur d'avoir connue, mais de ses oeuvres. Et encore, "adorer", je l'ai écrit, mais ça veut dire "aimer beaucoup". Je n'adore même pas mon chat, alors... Vous devriez lire le "Contre Sainte-Beuve" de Proust, grosso modo ça dit qu'il ne faut pas confondre les auteurs et leurs oeuvres. Même si Madame Bovary c'était lui (Flaubert, hein, pas l'amant de la mère Hugo). Amatrice de pensée bien pensée ? Bien droite dans ses bottes et marchant au pas de l'oie ? "Une pensée pas éduquée. Un manque de réflexion ?" Que dites-vous alors des poèmes de Francis Jammes, la sensation pure, les choses naturelles, l'immédiateté ? Ce n'est pas de la bonne littérature ? Et Pérec qui prend des licences avec l'orthographe, il manque de réflexion ? C'est ridicule. Bon, on ne va pas y passer toute la littérature française. Un jour Muriel Cerf trouvera sa place, au Panthéon des esthètes qui ont le goût de l'art. Une forme de préciosité et d'exigence plus au goût du jour. Tiens j'arrête mon tweet, vous ne devez pas lire plus de 140 caractères à la fois.

Marie DUVAL 10/03/2017 04:48

Même quand elle n'était pas malade, elle avait l'air pas net ... et c'était avant le Net..
C'est dire !
Y'a les adorateurs et y'a les gens qui comprennent. D'ailleurs c'est drôle ceux qui sont dans l'adoration de Muriel Cerf font plein de fautes d'orthographe. Les autres non. Qu'en aurait-elle pensé et est-ce révélateur les fautes.. révélateur d'une pensée qui est mal pensée et donc mal écrite. Une pensée pas éduquée. Un manque de réflexion.

L'explication de textes à l'école ça aide à former son esprit. A avoir de la jugeote et pas gober n'importe quoi.

Oui c fou ces gens qui écrivent avec plein de fautes, pas seulement d'orthographe mais aussi de syntaxe.

Victoria 30/07/2013 20:45


Merci, je viens de te lire.


Je suis comme toi, je pense comme toi, mais je n´écris pas (comme toi).


Merci.


Muriel c´est mes 14 ans et pluss (car affinités).


j´en ai 40 aujourd hui.


J ai appris sa mort par hasard en juillet 2012 (super tard).


Détruite j´étais.


Pleuré comme si c´était ma famille : mais C´EST MA FAMILLE!


Je l aimais et je l aimeri toujours . m´a BEAUCOUP apporté.


J aurai voulu la connaitre la voir parler avec elle et devenir son AMIE.


Je l´étais son Amie sauf qu´elle ne le savait pas.


Merci pour ce que tu as écris.


je ne suis pas une Fan´ : je l´aimais c´est tout.

L'Aquoiboniste atrabilaire 09/08/2013 15:02



Merci beaucoup pour ce commentaire super gentil ! Muriel Cerf me, nous manque. La savoir en vie, même silencieuse, même cloîtrée, susceptible d'écrire à nouveau un roman éblouissant, c'était bon.
On y faisait pas assez attention, et tout peut disparaître à tout moment, comme ça... Restent les romans, se plonger dedans fissa. Comme quelqu'un de la famILLe, comme tu dis si bien, qu'on
aurait un peu oubliée, et maintenant c'est trop tard. Vive la Cerf.



Lakma de Kermal 03/11/2012 17:09


Je n'ai aucun mérite, c'est mon métier de corriger les fautes !


Amitiés de Marte

L'Aquoiboniste atrabilaire 11/11/2012 22:33



Beau métier, moi aussi j'aime l'orthographe, mais emportés par le clavier les doigts et la mémoire fourchent souvent... Par ailleurs j'ai fait autrefois un stage de rédacteur-réviseur pour être
correctrice dans l'édition, qui n'a débouché sur rien de concret hormis des apprentissages (in)fructueux ! Amitiés, vivent les blogueuses !



Lakma de Kermal 28/10/2012 01:48


... c'est elle la vraie écrivain hippie", toute bourgeoise qu'elle fusse, et écrivant bien
mieux...


qu'elle fût ? je ne suis plus sûre de rien.

L'Aquoiboniste atrabilaire 28/10/2012 22:51



http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/quoique/65798/difficulte 


Ouiii merci pour cet oeil typographique, je corrige... Pourtant j'aime les mots et l'orthographe mais j'ai mes grosses lacunes ! Vous êtes poète je vois ça, c'est bien, ça permet du recul vis à
vis de sa vie et de ses maux, les mots